L’apprentissage de Chloé… Partie 1

Amateur

L’apprentissage de Chloé… Partie 1Quand deux natures soumises voguent sur la même galère…- Tu sais ma belle… Tu es têtue à faire peur parfois !- T’es trop conne et pas parfois toi… Ca fait un bon moment. Fout-moi la paix ! Tu m’emmerdes là !Je déteste quand elle est vulgaire.Et elle l’est souvent. Dans son parler de tous les jours je supporte en le lui faisant remarquer gentiment sans résultats aucuns mais en colère, apparemment, elle se lâche vraiment.Cela fait plus d’un an que Chloé et moi sommes ensembles.Nous nous voyons une fois par semaine quand cela nous est possible et passons tous nos weekends chez l’une ou chez l’autre. Et jusqu’ici c’est vraiment parfait.Mes quelques expériences avec des femmes se limitaient à une nuit ou deux.Du sexe elles, mon mari et moi puis « au revoir ».Et j’avais rencontré Marie et Corentin…Et chez eux, Chloé…Cette jeune femme m’avait tout de suite plut. Et presque aussitôt nous tombions d’accord pour aller plus loin qu’un simple partage sexuel.C’est sa curiosité et son envie d’être aussi soumise que je l’étais dans les jeux du sexe qui tout d’abord l’avaient poussée à vouloir mieux me connaitre. Elle tenait à ce que je lui apprenne à l’être.Sans comprendre que cela ne s’apprenait pas. On ressentait ce besoin ou pas.Et je fus très étonnée de découvrir que Chloé avait un tempérament de femme soumise.Autant et voire plus que moi. Tout en étant différent du mien.Son besoin m’avait-elle avoué allait jusqu’à dépasser le cadre du sexuel.Avec moi en tous cas. Ses envies de me satisfaire en tout l’étonnait.Comme me servir à table et être toujours attentive à mes besoins. Et ce comportement m’étouffais un peu.Moi j’étais soumise en amour si l’on peut dire.Avec Patrick oui, on pouvait le dire. Mais sexuellement et point.La première fois fut un matin chez Marie et Corentin devenus nos amis.Depuis, nous vivions une relation de couple plus calme.Enfin, torride question sexe parfois mais sans soumission. Mais nous en parlions souvent.Et Chloé devenait insistante. Son cheval de bataille étant simple.Jamais elle n’avait vu jouir de femmes comme nous le faisions Marie et moi, soumises aux hommes.Et jamais elle n’avait autant jouit qu’avec moi ce matin là. J’en doutais un peu…Et cette matinée où j’en avais fait ma petite salope l’avait rendue accroc.Je me souvenais parfaitement de ce jour…Le hic, étant que je ne me sentais plus capable de recommencer.J’en arrivais même à me demander comment j’avais pu oser.Et surtout comment j’avais réussi à m’imposer comme dominante.Mais Chloé n’avait jamais été aussi excitée et n’avait jamais autant jouis me répétait-elle sans cesse depuis un moment.Et découvrir que l’on pouvait avoir des orgasmes sans même se toucher et simplement jouir d’être regardée et dominée l’avait autant étonnée que comblée.Depuis nos jeux étaient torrides ou tendres, parfois pimentés par quelques petites fessées données en riant ou ses mains attachées pendant que je la mangeais mais rien de bien dominateurs.Et Chloé longtemps ne parla plus de soumission.Mais depuis peu, le sujet devenait important pour elle.- J’te demande pas d’me brûler au fer rouge non plus ! Tu sais c’que j’veux et t’avais promis !- Pour une es lettres tu parles comme un livre ma belle…- Elle t’emmerde ta belle ! Elle cause comme elle veut ta belle ! Marre d’une connasse qui prend ses grands airs avec elle, ta belle.C’est notre toute première dispute.Elle couve depuis des jours et a fini par gagner la partie.C’est venu d’un coup et ça dure depuis plus d’une heure. Avec des temps morts.Chacune de nous essayant de convaincre l’autre de ses raisons. Une vraie dispute de couple.Et je ne sais comment la gérer.Je ne suis que rarement vulgaire mais j’ai un caractère de cochon.Soumise certes mais dans les jeux de sexe et uniquement avec un homme.Et l’homme qui peut me faire faire n’importe quoi en amour peut vivre un enfer s’il me contrarie avant d’avoir vérifié qu’il a de bonnes raisons de le faire. Dès que je suis hors du lit, la soumission m’abandonne.Patrick en sait quelque chose et m’appelait son commando chéri…Je savais que la jolie Chloé pouvait être très timide mais uniquement dans certaines occasions.Devant un cadeau ou une surprise, face à une nouveauté, elle se transformait en gamine timide. Mais la plupart du temps on sentait un caractère fort et entier.A croire que les femmes aimant la soumission se devaient de compenser.Ce n’était pas mon cas mais Chloé peut-être éprouvait-t-elle ce besoin.Toujours est-il que je suis un peu désemparée.Je ne sais pas me disputer avec une femme mais cette femme étant celle avec qui je fais l’amour et vit la plupart du temps. C’est un véritable casse-tête à gérer. Je le découvre…- Tu n’es pas obligée de m’insulter ! On dirait une ado hystérique qui fait un caprice… Et je sais de quoi je parle tu le sais… Tu…- En tous cas tu n’es pas prête de lui bouffer la chatte à l’ado hystérique ! gaziemir escort Même qu’elle se tire l’hystérique ! Et je ne remettrai plus les pieds ici. T’es vraiment qu’une connasse !Elle file vers le couloir et ses gestes et sa démarche montrent qu’elle ne joue pas la comédie.Elle est véritablement en rogne.- C’est facile non ? La force ou la fuite et hop on en termine de l’autre à bon compte… Au panier la connasse !Le léger gilet à demi enfilé, elle me tend un doigt dressé qui montre qu’elle est à court d’arguments.D’ailleurs elle n’en a aucun et elle le sait.Je suis en droit de ne pas accepter de me forcer à faire ce que je n’ai pas envie de faire.Et pourtant j’ai souvenance d’avoir vraiment adoré faire de Chloé une salope aussi soumise.Simplement je n’y arrive plus.La porte va se refermer sur elle et une boule au creux du ventre me vient.Une bouffée de peur…Cette idiote risque de me quitter pour de bon et cela me fiche la trouille. Et aussi rare que cela arrive, je parle sans réfléchir.- C’était juste cela qui t’intéressais… Jouir comme une salope ! En tous cas rassure-toi, tu en es une belle de salope… Mais pas celle que tu crois ! Il fallait partir de suite te trouver une vraie maîtresse dominatrice sans me roucouler des « j’crois que j’tombe amoureuse de toi » à l’oreille…Un temps…Yeux noirs braqués sur moi. Silence…La porte se referme d’un coup.Et aussitôt les larmes me montent aux yeux. Je pleure.Des années que je n’ai pas pleuré.Ce n’est pas de la tristesse. Nervosité et déception.Après un long moment à rester bêtement debout dans mon salon, je pars vers la salle de bain me chercher des mouchoirs.Une dernière phrase vengeresse avant je le sais, de sombrer dans un vrai chagrin.- Petite conne va… Elle mériterait des claques…- Alors t’as qu’à m’en donner au lieu de pleurnicher comme une idiote !Elle est derrière moi et je ne l’ai pas entendue venir.Je n’ose pas me retourner et reste plantée comme une idiote.- Alors ? Elle attend la p’tite conne…Elle ne semble pas triste du tout.Ce qui avait beaucoup excité Chloé ce fameux matin c’était que je lui parle crûment.Elle avait adoré m’entendre et répéter ces mêmes mots crus.Et parler crument dans le sexe est naturel chez moi. Ça m’excite énormément.Je suis partagée entre le soulagement qu’elle soit restée et l’envie de me venger de sa colère envers moi que je pense injustifiée. Je n’ai qu’une envie c’est la prendre dans mes bras mais ce n’est pas ce qu’elle attend.Et cette idée de la savoir aussi têtue par moments m’agace.D’un coup mon petit chagrin se mue en petite colère.Et sans trop savoir comment j’ai pu faire cela encore aujourd’hui, je me retourne lentement et la gifle.Une vraie gifle.Je ne suis pas une faible femme et Chloé non plus. Sa tête a bougé sous la gifle.Elle me fixe et semble éberluée. Prête à en découdre.La surprise et certainement la douleur et la vexation lui ont fait oublier ses dernières paroles.Elle va me rentrer dedans et cette fois ce sera peut-être notre dernière dispute.Et comme la toute première fois avec elle, la toute première fois que je jouais à la dominatrice de ma vie.Les mots me viennent…- Dans le salon et à poil salope ! Obéis ! Et tu attends accroupie au milieu de la pièce. Obéis ou je je te gifle encore !Un sacré mélange dans les yeux noirs vrillés aux miens. Incompréhension, doute, défi, colère et autre chose… Que je reconnais vite.- Tu en veux une autre ?Yeux qui se baissent et la bombe Chloé fait un rapide demi-tour sans répondre.Pourvu que la pointe d’excitation que j’ai vu poindre dans les beaux yeux prenne le pas sur tout le reste. Pourvu qu’elle ne reparte pas.Je n’ai pas besoin de douche mais je dois m’occuper un moment et réfléchir à la suite des évènements.J’avais réussi à maintenir cette envie de domination toute une matinée ou presque. J’avais adoré çà.Pourquoi ce désir m’a-t-il quitté une fois Chloé avec moi ?Mais surtout… Qu’il revienne vite !Parce que je n’ai pas aimé la gifler. Patrick le faisait de temps en temps avec moi.Des tapes un peu sèches sur les joues, surtout un jeu pour m’exciter.Les fessées par contre étaient vraies. Et j’aimais.Mais gifler est une autre histoire.Il n’y a rien de plus blessant. Enfin pour moi.Et c’est une vraie gifle qu’elle a reçu. Donnée plus par soulagement qu’elle soit revenue que par colère ou envie de soumettre.Elle est nue et accroupie au centre de la pièce. Les mains sur les cuisses.Elle ne me regarde pas et fixe le sol. Je devrais être excitée et je ne suis qu’attendrie. Pourtant, elle a ravalé sa fierté et obéis. Ce n’est pas ma tendresse qui la fait rester.Je n’aime pas me forcer… Je ne le fait jamais. Pourtant…- Mains dans le dos salope !J’ai lâché la phrase en marchant vers elle. Debout face à Chloé, ma main trouve ses cheveux et les empoigne sans douceur.- Tu sais ce que je veux salope !Je jouis sur la bouche de ma chérie en gémissant mais la rapproche gaziemir escort bayan de mon sexe quand sa tête s’éloigne.Elle se laisse faire et recommence à me manger.Sa langue s’active sur mon clitoris et je me laisse aller au nouveau plaisir qui monte lentement, me réchauffant le ventre. Un long moment je la laisse faire puis ma main pèse sur les cheveux devenus plus longs.J’ai le temps de penser que je la trouvais plus jolie avec les cheveux courts. Elle n’avait rien voulu savoir.Ne veux toujours rien entendre et les garde longs.- Mon petit trou salope… Ecarte-moi des mains et donne-moi ta langue !Chloé obéit et je sens sa bouche sur mon anus. Ses doigts m’écartèlent les fesses et me pincent un peu durement. Sa langue lèche et force pour entrer en moi et s’en est trop pour que je puisse me retenir.- Lèche… Ohhh je vais jouir…Le second orgasme est plus violent et je m’agrippe aux cheveux noirs des deux mains.Une plainte fuse mais Chloé n’arrête pas.J’ai repris mon souffle debout, les mains sur la tête de la jeune femme et l’excitation passée, je me trouve un peu ridicule. Pas elle apparemment qui me regarde en silence…Je ne sais pas quoi dire…Et pourtant il faut crever l’abcès.Je me suis forcée jusqu’au moment où sa bouche était sur moi, ensuite j’ai aimé me servir d’elle.- Tu vas me préparer un verre. Jurançon… Je serai sur le balcon.Je n’aime pas parler de terrasse. Cela fait prétentieux.C’est un grand balcon où l’on peut poser une petite table et des chaises pliantes. Le tout en bois et joli.Et aux beaux jours, c’est assez agréable d’y rester un moment. Ou de boire un verre en lisant.J’ai enfilé un léger peignoir en coton et attends tranquillement mon verre.Je n’avais pas envie de boire mais il me fallait une raison pour continuer le jeu.Chloé dépose des verres sur la table et m’embrasse gentiment dans le coup en murmurant« j’ai vraiment été conne … Excuse-moi ».Elle est gentille de l’avouer. Mais si madame est chiante, elle n’a rien vu en ce qui me concerne.Je n’éprouve aucune envie de me venger mais le petit numéro de tout à l’heure n’est en rien représentatif d’une salope soumise.J’avoue que je me force… Mais si la dispute doit recommencer et bien allons-y.Ou alors tout se passera bien…- Je t’ai dit de me servir un verre et non de t’en servir un également. Je ne t’ai pas dit de te rhabiller et encore moins de t’assoir avec moi.De nouveau du doute et de la colère dans les yeux noirs.Je l’ai blessée, elle ne s’attendait pas à çà. Ma Chloé est vexée et je n’aime pas la voir ainsi.C’est la première fois où je suis méchante avec elle. Je m’expliquerai et m’excuserai plus tard.Je ne reviens pas sur son bisou et ses excuses bidon parce que çà, j’ai adoré.- Maintenant que c’est fait… Tu peux rester… Mais si tu restes avec moi, c’est à poil. Ou tu peux aller boire ton verre au salon. Et si tu restes… Tu te branles en me regardant. Sans jouir. Tu dois apprendre à contrôler tes orgasmes. C’est moi qui te dirai de jouir… Ou pas !Elle a les larmes aux yeux et moi une boule dans la gorge.J’ai longtemps appris à m’intéresser à la psychologie humaine. Je connais un peu…Et comme dirait ce cher Coluche… Si j’ai bien tout lu Freud…1- Ma Chloé va se d****r dans sa dignité et ira boire son verre seule sans me quitter cette fois.Elle s’est calmée et s’est excusée. Elle ne pleurera pas mais sera un peu tristounette en comprenant que j’ai eu peur et me venge de son comportement comme une idiote.2- Madame se braque et m’obéit pour conserver sa dignité blessée. En clair, elle relève le défi qu’elle-même s’est imposé.J’opte pour la seconde option…- C’est chez toi… Si tous tes voisins voient que tu es une salope qui vit avec une autre salope, c’est pas mon problème.Le léger pull blanc s’est relevé et est allé choir sur le carrelage du balcon.Je n’arrive pas à m’habituer aux seins superbes de cette femme.Je les redécouvre chaque fois que je les vois. Fermes et dressés. Ronds et pleins… Un rêve.Les jeans mi cuisses, Chloé se relève pour les enlever complètement. Pas de sous-vêtements.- Ne me parle plus ainsi ! Ne me parle que si je te le demande… Ou file boire seule.Debout, elle s’acharne à se dégager du vêtement, et madame semble bien énervée.Mais elle se rassoit viteLes jeans ont rejoint le pull…- Debout on peut te voir et c’est bien dommage que personne n’ai vu ton cul. Assise on nous voit jusqu’aux épaules… Sauf si le voisin d’à côté se prend d’envie d’un bol d’air sur son balcon. Et ce voisin s’appelle Quentin et j’ai eu une aventure avec lui. Donc il sait que je peut-être une belle salope… Ecarte tes cuisses et branle-toi !Et elle le fait… Les yeux dans les miens.Mais je baisse vite le regard pour ne rien manquer de ce qu’elle fait. Je lâche un « écarte-toi plus » et encore elle m’obéit.Une gorgée de vin en la regardant se doigter doucement. Son sexe est à peine humide et quand je regarde ses yeux, je ne vois escort gaziemir que cette pointe de défi, et aucune excitation.Et sa respiration est calme, signe qu’elle n’est pas excitée.Pas encore…- Tu m’excites salope…Je l’ai dit en levant une jambe et en allant poser mon pied sur une chaise libre.Aussi écartée qu’elle, peignoir ouvert, mes doigts trouvent ce qu’ils cherchent, Chloé a les yeux sur ma chatte. J’ai mouillé à peine les cuisses ouvertes et mes doigts glissent en moi.- N’oublie pas… Tu ne jouis pas…J’ai eu du mal à parler d’un trait car la situation m’excite vraiment et le jeu n’en est plus un.- Tu vas me faire jouir… Tu m’excites ma…L’orgasme me coupe la parole et je jouis sans resserrer les jambes, laissant un petit jet asperger mes cuisses et la chaise.Enfin la respiration de ma chérie s’accélère et sa voix se voile.- Laisse-moi jouir… S’il te plaît Jul…Je suis à peine remise de la vague de plaisir et mon envie est satisfaite.Et c ‘est tant mieux. Il est plus facile de résister à cette touchante demande.- Peut être que je te laisserai jouir… Je veux une jolie flaque sur le carrelage avant et je déciderai. Pour l’instant tu te branles en me regardant et tu te tais.J’en ai terminé de mon verre de vin, les yeux dans les yeux de Chloé ou fixés sur sa chatte trempée et dégoulinante.Elle n’a pas dit un mot depuis mon ordre. De toutes façons, elle n’aurait pas pu parler beaucoup.Gémissements, halètements et soupirs.Soupirs de frustration surtout, quand ses doigts contractés quittaient sa chatte pour ne pas succomber.Et c’est arrivé très souvent…Une petite heure peut être très longue. Surtout dans cette situation.C’est parfait… Tu nus a fait ne jolie flaque… Tu es une vraie petite pute obéissante.Je me lève en rajustant mon peignoir.Il me faut me reculer car je sais parfaitement ce qui va se passer.- Ne bouge plus tes doigts… De chaque coté de ta chatte et tu l’écartes. Tu restes comme çà, ta petite chatte ouverte mais sans te pénétrer.Tout est fait sans un mot, elle a vraiment envie d’obéir et c’est un besoin puissant.Peut être plus fort que mes propres envies d’être aussi soumise parfois.- Tu aimes t’exhiber petite salope ! Dommage qu’il n’y ait que moi non ?Je n’arrive pas l’appeler grande salope.C’est laid et sous entend une quantité.Alors que petite qui lui aussi détaille une quantité me paraît plus adapté. Plus mignon en fait…Comme « petite » qui ajouté à « pute » atténue la vulgarité du mot.Enfin c’est mon avis.Il va falloir m’habituer mais des petites salopes de 181 cms pour l’une et 177 cms pour l’autre…Mais bon, je reste la plus grande salope.- Demande moi de jouir petite salope. Supplie-moi de te faire jouir…- Je t’en prie Jul fais-moi jouir…Je me sens encore mouiller. Pourquoi ais-je mis autant de temps à jouer le jeu avec elle ?- Non ! Mieux que çà et en me regardant droit dans les yeux… Montre moi comme tu es soumise petite salope. Tu recommences… Je t’en supplie Juliette chérie, fait moi jouir comme une salope s’il te plaît.- Je t’en supplie Juliette chérie, fait moi jouir comme une salope s’il te plaît.- Tu n’es qu’une petite cochonne… Allez ! Fais-moi une jolie fontaine ! Tu peux jouir salope… Obéis !Ma phrase n’était pas terminée que Chloé aspergeait la chaise où je me trouvais en longs jets puissants.Les trois premiers sont montés assez hauts pour inonder le mur.Les autres, affaiblis ont mouillé la chaise et le sol.J’en ai compté huit…Elle est effondrée sur sa chaise, tête en arrière et yeux fermés.Chaque fois, jouir ainsi la laisse un moment sans forces.Mais qui veut jouer les soumises doit en assumer les règles.- Tu as dix minutes et tu me nettoies le carrelage… Ensuite tu nous prépare quelque chose a grignoter. Tu restes à poil et pas de douche… Je vais m’allonger sur le canapé pour lire un peu le temps que ce soit près… Et j’ai faim..Elle s’est excusée et excusée encore, me picorant la joue et les lèvres de baisers bien après que j’ai éteins la lumière de chevet.Elle explique qu’elle serait très déçue mais si je n’aimais pas la rendre heureuse ainsi, nous arrêterions ce jeu…- Laisse-moi dormir ma belle… Je suis crevée…Un gros soupir et Chloé cesse ses baisers et se colle contre mon dos.Elle est chaude et son bras sur moi me serre contre elle.Je la sais insatisfaite et impatiente d’en savoir plus sur ma décision mais elle ne dit plus un mot.Je laisse passer un moment.- Demain tu ne porte rien sous une robe… La rouge à boutons. Et je veux ton cul de salope godé avec mon bijou. Le saphir… Je ne sais pas quand mais je te textoterai de te caresser… Tu obéiras et me raconteras tout.Elle aussi laisse passer un moment. Ou alors…Elle s’endort si vite parfois après nos ébats. Et elle a jouit deux fois sous mes doigts et ma bouche il y a peu… Dort-elle déjà ?- Oui maîtresse Jul … J’obéirai maîtresse Jul !Elle bouge en riant de sa réplique et m’oblige a me tourner vers elle pour m’embrasser sur la bouche.Puis c’est un nouveau soupir quand elle se niche à nouveau contre moi.Soupir d’aise, madame est heureuse.Et encore je me pose des questions sur la soumission, ses bourreaux et ses victimes.- Petite conne va…- Oui maîtresse Jul…

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

kurtköy escort didim escort escort ümraniye markantalya escort ataşehir escort kadıköy escort maltepe escort adapazarı escort adapazarı escort gaziantep rus escort izmir escort buca escort izmir escort ensest hikayeler ankara escort gaziantep escort gaziantep escort bursa escort kocaeli escort bayan bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort brazzers porno bahis siteleri bahis siteleri bahis gvenilir bahis illegal bahis canli bahis adapazar escort webmaster forum