Monsieur Franck le retour

Blonde

Monsieur Franck le retourVous vous rappellez de Mr Franck mon ancien patron de stage avec qui j’ai passer de moments formidables, On s’est retrouvez et l’occasion de dîner ensembles tous les deux dans un restaurant chic avec des amis a lui.Il était toujours marié, et avait toujours des amantes. On étaient content de se retrouver, avec cette rancoeur au fond de lui qu’il avait certainement envie de m’avouer. Il était un peu plus de minuit après le repas et un verre pris au bar de l’établissement. Mr Franck et moi rentrions tout juste du bar et nous étions un peu joyeux. Comme toujours lorsque j’ai un coup dans le nez, j’étais plutôt excitée, mais nous n’avions rien fait ce soir – aucun de nos amis ne connaissait la nature intime de notre ex relation.Nous venions de descendre du taxi et nous étions dans l’entrée de l’immeuble quand Mr Franck sortit un collier et une laisse de son sac.— Viens là ! me dit il Je le rejoignis et relevai mes cheveux pour qu’il puisse passer le collier à mon cou. Puis il attacha ma laisse. J’étais assez nerveuse de me retrouver ainsi dans l’entrée de cet immeuble, mais à minuit en semaine, il n’y avait pas de passage.— Déshabille-toi. Garde ton porte-jarretelles et tes bas. Et tes chaussures, bien sûr.Ah. Décidément nerveuse, je retirai mon col roulé, déboutonnai mon chemisier et défis ma jupe. Et voilà ! Une esclave presque nue, en laisse, à la vue de quiconque passerait. Je roulai mes vêtements en boule et les tendis à Mr Franck. Il sourit, satisfait.— Tu es vraiment une belle chienne, me dit-il d’une voix de gorge. – À quatre pattes. Je t’emmène te promener. Je veux que tu saches qui commande. Et te punir du mal que tu m’as fait.J’obéis et attendis de voir où il m’emmènerait. S’il me faisait ressortir, je savais que ce serait difficile pour moi, mais j’avais tellement envie de le satisfaire… et je savais qu’un jour ou l’autre, je le payerais. Il appela l’ascenseur, et m’y fit monter lorsqu’il arriva. Sans lever les yeux, je l’entendis appuyer sur un bouton, et sentis l’ascenseur descendre. Il me fit sortir, et je le suivis toujours à quatre pattes. Le parking halkalı escort de cet immeuble occupait deux sous-sols, avec quelques caves. La plupart des places étaient vides, je le savais pour être déjà venue auparavant de notre relation. Il avançait nonchalamment, tenant ma laisse d’une main décontractée. Je le suivis sur le béton. Je me savais exposée, mais dans un environnement où je doutais que qui que ce soit passe. La facilité avec laquelle il m’utilisait m’excitait, et j’étais heureuse de le satisfaire de manière toute aussi naturelle. Il finit par s’arrêter et tira sur ma laisse. Je m’arrêtai et me redressai à genoux. Mes tétons étaient durs comme de la pierre, et je sentais entre mes cuisses une chaleur qui ne demandait qu’à déborder. Comme il connaissait bien sa chienne…— Écarte les cuisses. Je veux voir ta chatte ouverte quand tu es à genoux.J’obéis rapidement, et restai le dos droit, les cuisses ouvertes. Cela me força bien sûr à tendre la poitrine, et il le remarqua. Je le vis passer derrière moi, et sentis une traction sur ma laisse. Puis il revint, et je vis qu’il avait les mains vides. Puisque la laisse restait tendue, j’imaginai qu’il l’avait attachée à quelque chose. La rambarde entre deux places de parking, sans doute. Comme une vraie chienne, j’étais attachée sur place. Devant moi, Mr Franck avait ouvert sa braguette et sortit son sexe. À l’évidence, lui aussi trouvait l’exercice excitant ! Puis il me dit :— Sophie, je vais te baiser la gorge, et jouir dans ton ventre. Garde la bouche ouverte, et ne bouge pas avant que j’aie fini.— Oui Puis j’ouvris la bouche pour le laisser entrer. Je léchai un peu son gland, pendant que je le pouvais, car j’aime sa douceur sur ma langue. Puis son gland passa ma gorge et m’étouffa. Je le sentis commencer à aller et venir au fond de ma bouche.Pendant les minutes qui suivirent – allez savoir combien – Mr Franck fit exactement ce qu’il avait dit. Il me prit la gorge, en ressortant fréquemment son sexe pour me laisser reprendre mon souffle, goulée d’air taksim escort par goulée d’air, avant de recommencer. Malgré l’asphyxie régulière – il ne se retirait pas toujours avant que je commence à étouffer – je fis de mon mieux pour rester en place et le laisser m’utiliser à sa guise. Avec le collier autour de ma gorge, je sentais la pression de son gland qui descendait dans ma gorge, et je me sentais merveilleusement pornographique. Heureuse de le servir, consciente que quiconque arrivant par hasard me trouverait honteusement perverse et délurée.Je savourais l’usage qu’il faisait de moi. Puis je l’entendis grogner, une fois, et le sentis enfoncer son sexe dans ma bouche jusqu’à la garde tout en me maintenant la tête à deux mains. Aussitôt, je sentis son premier jet de sperme dans ma gorge, puis quelques autres.Ma première pensée fut de surprise : je pouvais sentir le jet, mais je n’avais pas la sensation de son goût. Puis mon maître eut fini, j’imagine. Il se retira de ma bouche, et j’aspirai quelques grandes goulées d’air. Ma respiration revenue, je sentis enfin son sperme, comme un arrière-goût, une sensation lointaine. Mr Franck essuya son gland sur mes joues, puis recula de quelques pas.De son sac, il tira son appareil photo, et prit quelques clichés de moi, attachée à la rambarde, nue avec des traces de sperme et de salive sur le visage. Je regardai dans l’objectif, et fis de mon mieux pour exprimer, dans mon regard, mon amour et ma dévotion. Je me sentais à la fois dégradée et précieuse, unique. J’avais la chatte en feu, aussi. J’avais envie qu’il me prenne, là, tout de suite. Bien sûr, je ne dis rien. Au lieu me toucher, il rangea son appareil photo, et dit :— Bon, ne bouge pas. Je monte à l’appartement ranger mon sac et tes vêtements. Je reviens te chercher.Et sur ces mots, il fit demi-tour et retourna vers l’ascenseur. Je le suivis du regard, paniquée. Il allait me laisser là, comme ça ? N’importe qui pouvait arriver, me voir… cela me paraissait beaucoup moins improbable, tout d’un coup. Je me sentais abandonnée, et très şişli escort en danger. Il se retourna vers moi.— Allons, ma chienne, sois sage. Ton maître t’aime, mais tu n’es pas une personne, tu es une chose. Je peux te laisser là cinq minutes.Et oui, il pouvait. Il pouvait se servir ou pas de moi comme il le voulait. Je ravalai ma fierté et mon inquiétude, et décida d’attendre le temps qu’il faudrait.Là non plus, je ne saurais pas vous dire. Une demi-heure, ou cinq minutes. Enfin non, sans doute un peu plus que cinq minutes. A son retour, effectivement, il n’avait plus son sac. Mais il s’était changé, et il tenait une chaise pliante et… une bouteille de champagne ! Il ouvrit la chaise, s’y installa, et ouvrit la bouteille. C’était une demie, et il en but une partie au goulot, en me regardant dans les yeux. Puis il se pencha vers moi, m’embrassa sur la bouche, et laissa le vin couler dans ma bouche. J’avalais vite, et sentis la piqûre des bulles sur ma gorge. Cet acte, boire de la bouche de Mr Franck m’affole littéralement. Ça ne manque jamais. Il vida la bouteille, lentement, tout en me caressant les seins de l’autre main. Quand la bouteille fut vide, il se leva, repoussa la chaise, et posa la bouteille par terre derrière moi. Puis il se remit devant moi, sortit l’appareil photo de sa poche, et me dit :— Prends-toi avec la bouteille. Quand tu aurais joui, nous pourrons rentrer. Si tu fais ça bien, si tu as l’air sexy et aguicheuse, je te baiserai dans le lit.Je cherchai la bouteille à tâtons, la trouvai et la plaçai là où je pourrai l’enfourcher. Puis, sans quitter mon maître des yeux, je fis l’amour à cette bouteille comme s’il s’agissait de lui, et consciente qu’il me regardait. Je me mordis la lèvre, j’activai les hanches, je me pétris les seins. Et pendant tout ce temps, il me filma, dans ce parking souterrain où les échos de mes gémissements rebondissaient. Je jouis comme la pire chienne en chaleur que j’aie jamais été, avec un cri rauque qui résonna autour de moi.Mr Franck rangea l’appareil photo sans un mot et détacha ma laisse de la rambarde. Toujours à quatre pattes, il me ramena à l’ascenseur et chez lui. Comme promis, il me prit dans le lit, et me cracha au visage en jouissant au fond de moi. Je m’endormis comme il me laissa, le visage poisseux de salive, et les cuisses collantes de sperme. A la fois heureuse de l’avoir retrouver humiliée; honteuse; mais je savais que je l’avais trahie, et que je récolte sa colère.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

kurtköy escort gaziantep rus escort escort ümraniye adapazarı escort adapazarı escort escort malatya escort kayseri escort eryaman escort pendik escort tuzla escort kartal escort kurtköy çankaya escort buca escort izmir escort ensest hikayeler gaziantep escort izmir escort beşiktaş escort izmir escort kayseri escort gaziantep escort bursa escort kocaeli escort bayan bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bahis siteleri bahis siteleri bahis güvenilir bahis illegal bahis canli bahis adapazarı escort webmaster forum